Informations sur le tabagisme

Modes de consommations classiques

Cigarettes classiques

La majeure partie des fumeurs fument des cigarettes produites industriellement. Cette consommation provoque des maladies et des troubles fonctionnels à quasi tous les organes. Lisez plus sur les méfaits du tabagisme ici

Cigarettes roulées
Le tabac à rouler est encore plus nocif pour la santé que les cigarettes classiques. Certains fumeurs le consomment non seulement parce qu’il est moins cher, mais aussi parce qu’ils le considèrent – à tort – comme un moindre mal, car plus « naturel ». Or, en réalité, le tabac à rouler est encore plus toxique que les cigarettes industrielles. La quantité de nicotine, de goudron et de carbone qu’inhale une personne qui fume une cigarette roulée à la main est trois à six fois plus importante par rapport aux cigarettes classiques. Ce chiffre varie en fonction du type de tabac, du papier à cigarette et de la façon dont la cigarette a été roulée. On sait que la fumée provenant d’une cigarette classique contient 6 000 substances chimiques dont au moins 60 sont cancérigènes. L’industrie ajoute encore des substances chimiques supplémentaires au tabac à rouler afin d’éviter qu’il ne s’agglutine.
Cigares et pipes
Beaucoup de personnes considérent que les cigares et les pipes sont moins dangereux pour la santé que les cigarettes. Or, fumer des cigares et des pipes a aussi des effets néfastes sur la santé. La fumée de cigares contient même des concentrations en produits toxiques et cancérigènes plus élevés que la fumée de cigarettes. Vu une absorption essentiellement buccale des cigares et de la pipe, la toxicité buccale est très élevée. Les fumeurs de cigares et de pipes présentent un risque élevé de cancer des voies aérodigestives supérieures ou de l’oropharynx.
Tabac sans fumée (à mâcher)
On appelle « tabac sans fumée » les tabacs à chiquer et à priser et qui ne se fument pas. Le tabac à chiquer (chew) se présente sous forme de feuilles pressées qu’on mâche dans la bouche comme un chewing-gum. Le tabac à priser est une fine poudre vendue dans de petits sachets. Il est fait pour être reniflé (snuff) mais il est rarement consommé comme tel. On l’utilise plus souvent sous forme de chique. Que ce soit sous forme de feuilles ou de poudre, ces tabacs sans fumée contiennent de la nicotine et rendent donc dépendant. Les risques y associés sont moindres que ceux associés aux cigarettes car leur consommation se fait sans combustion. Elle ne produit donc ni goudron, ni de monoxyde de carbone ou d’hydrocarbures aromatiques polycycliques qui sont parmi les substances les plus nocives des produits de tabac fumé. Or, le tabac sans fumée est loin d’être anodin. Outre l’aspect esthétique (les dents sont irrémédiablement tachées), les conséquences pour la santé sont réelles : les gencives peuvent finir par se rétracter jusqu’à l’os et les risques de cancers de la bouche sont élevés.
Shisha
L’opinion publique sous-estime les risques de la shisha. Les jeunes en particulier considèrent la shisha comme une alternative sans danger à la cigarette. Or il n’y a aucune différence significative entre la fumée du tabac d’une cigarette et de la shisha. Ils contiennent les mêmes substances nocives et cancérigènes tels que le goudron et le monoxyde de carbone. La shisha présente même des risques spécifiques : au cours d’une session de shisha, un fumeur inhale environ 125 fois plus de fumée que lorsqu’il fume une cigarette. Le « tabac » à shisha est, pour sa part, constitué d’un mélange de tabac, de mélasse (résidu provenant de la fabrication du sucre de canne), de glycérine (agent humectant) et d’arômes. La fumée de shisha contient de nombreux carcinogènes. A l’inverse du tabac des cigarettes, le tabac à shisha n’est pas brulé mais décomposé par pyrolyse à des températures plus basses. Ce procédé transforme les sucres et sirops ajoutés en substances cancérigènes et irritantes pour les muqueuses. Des substances toxiques comme l’acétaldéhyde, l’acroléine et le benzène sont formés à des concentrations élevées. De plus, l’échauffement des produits humidificateurs ajoutés au tabac mène aussi à la formation de substances toxiques et cancérigènes. Comme la fumée passe dans de l’eau avant d’être aspirée, beaucoup pensent que l’eau filtre la fumée qui deviendrait alors moins nocive. Ce n’est pas le cas. L’eau dans la shisha ne fait que refroidir la fumée et ceci pour ne pas irriter la gorge du fumeur. Par contre, elle n’empêche pas les substances cancérigènes et toxiques de passer. Et attention : se servir du même embout entre amis est certes sympathique, mais cela peut favoriser la transmission de maladies comme l’hèrpes, l’hépatite virale ou la tuberculose.
Cigarette électronique
La cigarette électronique ne contient ni monoxyde de carbone ni substances cancérigènes en quantité significative. La cigarette électronique, malgré un manque d’études scientifiques au long cours présente probablement un risque réduit par rapport au tabac (si on ne combine pas les cigarettes avec la cigarette électronique).

POUR VOUS, AVEC VOUS, GRÂCE À VOUS.

 

Protection des données  |  Conditions d’utilisation  |  Fondation Cancer |  Relais pour la Vie

 ⓒ Tous droits réservés Fondation Cancer 2018